Poudrée

Facette
Poudrée
Les notes poudrées. Comme la réminiscence des parfums cosmétiques d’autrefois... Dès le 17e siècle les coquettes et grandes dames de ce monde raffolaient des notes poudrées qu’elles étalaient avec générosité sur leur visage grâce à la fameuse poudre de riz. Cette odeur délicate et opulente provient originellement de la fleur d’iris. Aujourd’hui de multiples matières premières permettent d’offrir à une fragrance des notes poudrées aussi moelleuses que aériennes, vaporeuses ou crémeuses. De ce fait la facette olfactive des notes poudrées, bien que récemment utilisée, est très vaste tant son utilisation en note de fond met en lumière des fragrances nombreuses et variées.

En savoir plus

Les parfums Poudrés

Les notes poudrées : l’iris et la violette en parfumerie

Les notes poudrées représentent souvent pour nous le délicieux souvenir des poudriers d’antan, dont elles tiennent leur nom d’ailleurs. Difficiles à décrire, elles sont surtout le reflet d’un souvenir tactile ou d’une senteur lointaine. Pourtant elles naissent d’une fleur que les amateurs de jardins connaissent parfaitement depuis des siècles : l’iris.

L’exploitation de l’iris pour la création de fragrances poudrées est une affaire de patience et de multiples transformations qui durent en moyenne six ans. Effectivement le rhizome d’iris se ramasse au bout de quatre ans de plantation puis sera enfermé 3 ans dans de sacs de jute. Enfin l’iris sera malaxé, écrasé puis distillé plusieurs fois avant d’obtenir l’essence précieuse, l’absolue d’iris.
Notons que pour faire 100 grammes d’absolue d’iris il faut 40 tonnes de rhizomes ! C’est dire si la matière première de nos parfums poudrés est précieuse et nul doute une des plus chères au monde !

En 1906, malgré la rareté et la préciosité du produit, Guerlain se servira de l’iris en signature de son premier parfum poudré Après l'ondée. Le grand parfumeur créera par la suite des parfums qui seront quasi systématiquement à base de notes poudrées tels L’heure Bleue ou L’instant. Durant des décennies les fragrances de la maison Guerlain seront immédiatement associées à l’iris et à la note poudrée… jusqu’à l’arrivée de la concurrence en 1970.

Les fragrances poudrées dans les parfums d’aujourd’hui

Jusqu’au n°19 de Chanel en 1970, les notes poudrées étaient quasi exclusivement réservées à l’élaboration de parfums autour de l’iris alors que le poudré est un des meilleurs éléments permettant d’ajouter rondeurs et tenue à un parfum aux notes de base trop réactives ou trop vives. Cette qualité hors-norme reconnue, nous pouvons observer dans nos parfums actuels une multitude de nuances olfactives autour de la note poudrée.

Dans la famille des notes poudrées, nous y trouvons les poudrés végétaux. Le style rétro à base de violette et de rose tel le fameux Flower de Kenzo, les poudrés verts toujours à base d’iris mais présentant des senteurs de végétaux humides ou frais tels N°19 de Chanel, les poudrés aldéhydés mousseux tels Arpège de Lanvin ou bien encore les poudrés fleuris semblables à l’Air du temps de Nina Ricci.
Puis les notes poudrées deviennent sèches et crayeuses pour créer des parfums à la bonne odeur de « propre » tel Hiris d’Hermès ou bien encore se transforment en poudrés froids mêlés à l’encens. Parfois le poudré devient capiteux et se veut lourd et épais ou à l’inverse transparent tel un nuage dans des fragrances poudrées douces et soyeuses.
Enfin bien sûr, la note poudrée apparaît dans nos parfums orientaux préférés mélangée à des notes vanillés, amandés ou acidulés afin de renforcer la longueur de la gourmandise...

Vous l’aurez compris la note poudrée est bien plus qu’une famille olfactive, elle est la touche de féminité glamour ou tendre, facétieuse ou gourmande qui offrira une finale parfaite à de nombreux parfums. Typiquement féminin, à part les belles exceptions des magnifiques Dior Homme ou Iris Silver Mist, le parfum poudré crée des sillages longs et persistants comme des chemins à suivre. Les hommes ne s’y perdent guère et les femmes en profitent !