Techniques de fabrication

Aujourd'hui, chacun d'entre nous ou presque met quotidiennement du parfum. Globalement, nous savons que celui-ci est issu de matières premières souvent nobles, naturelles ou synthétiques et que le métier de nez est un véritable art combinant créativité et chimie. Toutefois, nous ne connaissons finalement que peu de choses sur les techniques de fabrication concrètes du parfum. Sachez donc déjà que les parfumeurs disposent en moyenne de 4500 matières premières et que les possibilités olfactives qui leur sont offertes sont quasiment illimitées. Alors, focus sur les méthodes employées pour fabriquer nos plus belles fragrances...

 

En savoir plus

Expression

L'expression est un procédé d'extraction réservé uniquement aux agrumes. Il s'emploie aussi bien pour la création de parfums pour hommes que de fragrances pour femmes. L'expression est une méthode d'extraction par pression. Cependant, seule l'écorce des fruits hespéridés est suffisamment riche et odorante pour pouvoir s'exprimer simplement et directement sous la forme d'une essence naturelle. L'écorce est tout d'abord séparée du fruit. Elle est ensuite percée de petits trous de façon mécanique jusqu’à ce que l'on en obtienne le zeste. L'extrait de fruits obtenus est ensuite décanté et filtré sur du papier mouillé. Ainsi, le parfumeur sépare les parties aqueuses des huiles essentielles. Aujourd'hui, ce moyen de fabrication est essentiellement réalisé à l'aide de centrifugeuses. En effet, une expression manuelle reviendrait bien trop cher aux parfumeurs, d'où la mécanisation de cette technique ancestrale. Ce procédé permet d’obtenir une odeur très fraîche et vivifiante.

Distillation

La distillation consiste à séparer par évaporation les différents constituants volatils d'un mélange. Cette opération se fait à l'aide d'un alambic. Cet appareil est une sorte de cuve en acier sur laquelle a été monté un tuyau dans lequel on dépose l'ensemble des végétaux nécessaires à la réalisation d'un parfum associés à cinq à dix fois leur volume en eau. Ce mélange d'eau et de végétaux très odorants est ensuite chauffé à haute température et mis sous pression. La vapeur d'eau produite entraine alors les éléments parfumés dans la colonne de distillation. Ces derniers sont ensuite refroidis et recueillis dans ce que l'on appelle un vase florentin (autrement appelé essencier). C'est alors que l'étape de la décantation intervient. En effet, la séparation des différents éléments se fait automatiquement par différence de densité étant donné que les deux liquides sont peu miscibles. L’eau se sépare donc progressivement des éléments odorants. C'est précisément ceux-ci qui sont récoltés et que l'on appelle plus communément l'essence.

Extraction

L'extraction est une méthode qui consiste à laisser infuser des matières végétales dans de l'eau et du solvant portés à 60°. Autrefois, l'eau était même remplacée par des huiles. Toutefois, cette époque est aujourd'hui bien révolue. Afin de réaliser cette opération, les parfumeurs utilisent différents types de solvants. Il peut s'agir de méthanol, d'éthanol, de benzène ou de dioxyde de carbone. Ces derniers sont choisis en fonction du type de plantes à traiter. Chacun de ces produits est volatil. Ainsi, lorsque le mélange est chauffé, les solvants s'évaporent petit à petit jusqu'à ce qu'il ne reste qu'une sorte de cire que l'on appelle la « concrète ». Cette dernière est ensuite mélangée à une dose d'alcool que l'on chauffe de façon à éliminer la partie huileuse. Une fois purifiée des composants végétaux et des cires qu’elle contient, la concrète devient ce que l'on appelle l'absolue.

Enfleurage

L'enfleurage peut être réalisé à chaud et à froid. Ces méthodes s'emploient en fonction du type de plantes à traiter.
L'enfleurage à froid est un procédé particulièrement ancien qui a aujourd'hui presque totalement disparu. Néanmoins, il reste employé pour l'extraction des fleurs fragiles à l'instar de la fleur d'oranger, du jasmin ou des tubéreuses. Notons cependant qu'il s'agit d'une technique particulièrement coûteuse. Les pétales des fleurs sont ramassés à la main et sont disposés en fines couches sur une pellicule de graisse animale répandue sur une plaque de verre. Celle-ci est appelée le châssis. Toutes les 24 ou 48 heures (72 heures pour la tubéreuse), les pétales sont enlevés minutieusement et son remplacés par des fleurs fraîches. Cette opération est ensuite répétée jusqu'à saturation des graisses. La sorte de cire odorante obtenue est alors raclée et chauffée jusqu'à décantation par traitement éthylique. Le tout est ensuite filtré jusqu'à obtention de l'absolue.

L'enfleurage à chaud, quant à lui, est utilisé avec des fleurs plus robustes. Ces dernières sont plongées dans une graisse animale chauffée plusieurs fois. Les fleurs, quant à elles, sont remplacées par d'autres plusieurs fois jusqu'à obtention d'une graisse saturée. Tout comme pour l'enfleurage à froid, celle-ci est ensuite chauffée, décantée et lavée à l'alcool jusqu'à l'obtention de l'absolue. Cette technique est beaucoup plus utilisée que l’enfleurage à froid.

Softact

Le Softact est également nommé extraction par CO2. Ce nouveau procédé révolutionnaire utilise le gaz carbonique en tant que solvant. Le CO2 est placé sous la pression d'une température inférieure à 40°. Il passe donc au stade supercritique, c'est-à-dire liquide et ultra malléable. Les morceaux d'écorces ou de fleurs sont alors placés dans un système fermé dans lequel passe le CO2. Ce dernier est ensuite récupéré et permet d'obtenir des extraits de parfum d'une qualité olfactive incomparable. Les essences issues de ce procédé sont particulièrement pures et ne contiennent aucune trace de solvant. Le Softact est considéré comme étant une méthode d'extraction particulièrement douce. Cette technique permet d'extraire des substances odorantes peu volatiles, sèches ou récalcitrantes aux techniques traditionnelles. À titre indicatif, sachez qu'elle est particulièrement employée pour le traitement des épices.

Molécule de synthèse

L'utilisation de molécules de synthèse permet de reproduire une senteur naturelle de façon à la rendre utilisable en parfumerie. La création d'une nouvelle molécule de synthèse nécessite souvent une à plusieurs années de recherches. Des techniques particulièrement sophistiquées sont alors mises en œuvre de façon à produire une essence pure, stable et en grande quantité. Chaque molécule de synthèse résulte d'un travail plus ou moins long et complexe. Qui plus est, chacune d'entre elles est le résultat d'un travail sur mesure. La complexité de chaque réaction chimique ainsi que le nombre d'étapes successives nécessaires à sa réalisation ou que le temps nécessaire à l'obtention de celle-ci influencent sensiblement le coût de ces matières premières. Les parfumeurs travaillent donc constamment à l'optimisation de la chaîne de production des molécules de synthèse de façon à réduire au maximum le coût de ces matières premières.

Nature Print

Comme l'indique son nom, l'ambition de la Nature Print est d'être au plus près de la nature. L'idée est de reconstruire la finesse et la complexité d'une odeur naturelle le plus fidèlement possible. Cette technique consiste à capter une odeur, à en sélectionner l'extrait, à l'évaluer au moyen de la chromatographie gazeuse et de la spectrographie pour la reproduire avec finesse et précision. La Nature Print est une sorte de photographie instantanée des odeurs. Elle permet de capter le parfum exquis de fleurs rares, d'un fruit fraîchement cueilli ou d'une épice encore méconnue. La Nature Print permet ainsi d'augmenter considérablement le panel d'odeurs à disposition des parfumeurs. En effet, la nature est une source d'inspiration inépuisable et c'est précisément cette dernière qui est ici mise en flacon. Les odeurs produites sont alors le plus souvent éphémères et inimitables.

Vous l'aurez compris, la parfumerie est un domaine en constante évolution. Les produits naturels sont traités différemment aujourd'hui qu'ils ne l'ont été hier et qu'ils le seront demain. Les nombreuses avancées scientifiques permettent d'étendre toujours plus le champ des possibles. Les parfumeurs ont ainsi des ressources de plus en plus étendues et la parfumerie est un art qu'il est primordial de protéger et de sauvegarder. Nul ne sait encore jusqu'où s'étendra demain les connaissances de ce domaine mais il semblerait bien que tous les moyens soient mis en œuvre pour continuer de nous faire rêver d'un simple souffle olfactif.